Apprends-moi à faire seul

By mars 21, 2018 février 6th, 2019 autonomie, independance

Si l’approche Montessori m’a totalement convaincue c’est par cette recherche d’indépendance d’abord physique puis intellectuelle. Cela peut paraître un peu étrange de parler d’indépendance pour un enfant qui n’a pas encore 3 ans. Ce serait plutôt la période de sa vie ou il est le plus dépendant des autres me direz-vous? En un sens c’est vrai. Mais pour se développer et atteindre son plein potentiel, le tout petit doit devenir indépendant. Aider l’enfant à le devenir est la responsabilité des adultes.

Pourquoi apprendre à faire seul est si important et comment encourager cela à la maison?

un enfant qui fait sa toilette par lui même, inspiration Montessori

L’indépendance peut être définie comme la capacité pour un être humain à agir et penser sans l’aide d’autrui. Comme Maria Montessori l’a observé tout autour du monde, les jeunes enfants sont animés par ce besoin d’indépendance ! Pour suivre ce qui le pousse à agir,  l’enfant doit être libre d’interagir avec ce qui l’entoure. Cela parait logique quand on y pense. Mais cela veut dire de façon indépendante. L’enfant se construit de lui même et par lui-même au travers d’expériences. De la même manière qu’on enseigne pas la marche, on ne peut enseigner la capacité à s’habiller seul, à s’exprimer, à s’alimenter etc … La liberté de faire seul va permettre ces développements et ces développements vont à leur tour encourager l’indépendance. Si le tout petit est d’abord autonome et peut fonctionner seul, il devient avec l’utilisation du « je » un être capable de penser par lui-même et donc à un niveau cette fois psychologique: indépendant. C’est en lui permettant de faire des choses par lui même que l’enfant développe une estime de lui et prend confiance en lui. C’est donc ce processus continu de construction personnel fait par l’enfant que l’adulte doit encourager pour que l’éducation soit une préparation à la vie.

Comment encourager l’autonomie à la maison?

1. Observer: où en est l’enfant? Observer sa motricité globale et sa façon d’utiliser sa main. Qu’est-ce qui l’intéresse?

2. S’assurer qu’il y a le moins d’obstacle possible dans son environnement (intervention de l’adulte comprise)

3. Lui montrer comment se saisir d’une activité et la dérouler en décomposant ses mouvements

4. Laisser l’enfant libre d’interagir avec cette activité sans intervenir

5. Réévaluer et ajuster les niveaux de difficulté au fil du temps selon nos observations

Leave a Reply